Notre histoire

 

17455542-black-starry-banner

 

L’histoire de Viva-Cité

Informer les gens de notre histoire c’est sans hauts ni bas, c’est vraiment plate à lire.  Par contre, la raconter c’est plus le fun.

Alors, commençons:

Il était une fois un Américain au Québec, Stephen Wheeler. Stephen aimait le Québec. Il ne s’est pas retrouvé ici par hasard, c’est comme s’il avait été poussé vers la belle province par un vent puissant. Stephen s’est mis à aimer de tout son coeur la belle province pour tout ce qu’elle offrait. Sa gastronomie, sa joie de vivre, son art, sa culture. Stephen a vite remarqué que ce qui faisait le charme était ses gens; son monde. Mais que peut-on offrir à une province spectaculaire qui pourrait l’aider à s’épanouir davantage? Stephen a eu à coeur de nous aider à améliorer notre anglais. (Faut lui pardonner, il ne savait probablement pas dans quoi il s’embarquait).

En 2006, Stephen débuta un programme d’apprentissage de l’anglais comme langue seconde sous forme de camps d’été. Une semaine par année, offerte dans la communauté d’Ahuntsic.

Le programme se poursuivit jusqu’en 2011, lorsque Michel Hurrell arriva dans le décor et accepta de siéger à la tête du projet.

Éternel insatisfait et visionnaire extraordinaire, M. Hurrelll poussa le projet plus loin. Au point où ce n’était plus un projet, mais bel et bien un organisme vivant. Pour l’instant, cette création peut seulement desservir Ahuntsic, mais demain le Québec au complet. En 2013 M. Hurrell donna un nom à cet organisme, Viva-Cité. Hein? Pourquoi Viva-Cité? Ça vient de ou s’te nom là?

Ça vient d’Ahuntsic. Ahuntsic était le nom d’un Français que les Hurons ont surnommé Ahuntsic, qui voulait dire petit, vif et frétillant. En fouillant dans les dictionnaires, il est tombé sur le mot vivacité. D’où le nom Viva-Cité, vive-la cité. Ça se ressemble, ça a du sens.

Les camps ont passé de 1 semaine à 8 semaines par été. C’est de la vie que M. Hurrell voulait. “J’veux voir du monde”! Qu’il s’écria! “Je m’impose, voyez Ahuntsic, Viva-Cité est ici pour vous”.

Cela n’a pas pris de temps, les gens de la communauté ont entendu parler de Viva-Cité et de ce qui leur était offert à très bon prix considérant la qualité des services.

Des gens de partout en Amérique du Nord ont voyagé et continue de venir jusque dans notre cours, afin de nous aider à apprendre l’anglais. Maîtriser les deux langues officielles du pays nous permet entre autres d’avoir un meilleur job, et de meilleures notes à l’école.

En 2016, Evelyne arriva de reculons. Elle ne voulait pas rester au Québec. Québécoise jusqu’au fond de son âme, ambitieuse et revendicatrice, elle aspirait à autre chose pour sa vie que de diriger des camps d’été dans sa cour. Elle avait même commencé les démarches pour aller en Australie et du même coup elle avait entrepris des recherches pour aller enseigner l’anglais en Corée du Sud et en Thaïlande. Mais le vent a refusé de l’emporter. Au contraire, il l’a gardé ici, au Québec. Cette province magnifique. En secouant son poing vers le ciel elle cria au vent “ t’as pas voulu me donner ce que j’voulais, alors checke-moi ben aller. Si je ne peux pas aller voir le monde, je ferai venir le monde à moi”.

Viva-Cité n’était peut-être pas son objectif premier, mais les vastes possibilités de l’organisme ont pris à l’assaut son coeur. Le meilleur du meilleur. Croyant de tout son être que sa province est le meilleur endroit au monde pour vivre, et que les meilleurs ont droit à un service de qualité supérieure, Evelyne fonça la tête première pour continuer l’aventure de Viva-Cité. (Je vous l’avais dit qu’elle était revendicatrice dans l’âme. Le Québec est le parfait endroit ou vivre et elle voulait nous quitter).

Des gens de partout en Amérique du Nord ont voyagé et continue de venir jusque dans notre cours, afin de nous aider à apprendre l’anglais. Maîtriser les deux langues officielles du pays nous permet entre autres d’avoir un meilleur job, et de meilleures notes à l’école.

Viva-Cité, en est qu’à s’est début. Le prochain chapitre de notre aventure est en train de s’écrire. Où irons-nous, qu’allons-nous faire de nouveau, quel personnage bizarre et attirant allons-nous rencontrer?

À suivre…

 

17455542-black-starry-banner